Jouer au parc réduirait les risques de dépression

Claudia Carrier

Communication, adjointe de projets

jeux exterieur pour enfants

Sur un plan plus clinique, le jeu a de retentissants impacts sur l’évitement de certains troubles. Il est prouvé que l’acte de jouer réduit les troubles de l’attention ainsi que la dépression. Cette dernière affliction est en hausse, c’est bien connu. Serait-il alors possible de faire le lien entre la diminution du jeu extérieur et ce fait de société ? Il est à parier que oui. 

En revanche, plus l’enfant joue, plus il améliore son humeur et l’image qu’il a de lui-même. 

Il est en outre moins susceptible de subir les manifestations du stress et les symptômes liés à l’anxiété, et intègre la capacité de réguler ses sentiments et les angoisses qui surviennent inévitablement.

À dire vrai, le jeu est tout simplement nécessaire à l’équilibre psychique des enfants ! 

Certains pathologistes auraient même affirmé que la névrose serait un déficit de jeu… Néanmoins et d’une façon ou d’une autre, le jeu a plein de bon sens et doit être mis de l’avant.

Jouer, c’est aussi apprendre ! C’est pourquoi Jambette conçoit des équipements récréatifs qui favorisent le développement affectif des enfants. Pour en savoir davantage au sujet des bienfaits du jeu sur le développement de l’enfant, consultez notre Petit Guide Rusé pour faire Jouer et Sortir les Enfants.